Blog·Notre corps

Honorer la future mère – Massage

Un petit texte qui change un peu des contenus théoriques, j’ai eu envie de vous partager un aperçu de mon travail de doula auprès d’une maman qui va accoucher d’ici une vingtaine de jours et que j’accompagne depuis plusieurs mois maintenant ❤️

75305207_833383043810336_5196958798966217026_n.jpg
Magnifique image de @rushesandwaves

Hier j’ai massé sans doute pour la dernière fois une future maman avant son grand voyage dans le vortex de la naissance. Avant la rencontre avec son bébé. Avant la tempête, le calme, les montagnes, l’euphorie, le découragement, et la bravoure. Le voyage. Les profondeurs. La dispersion dans les étoiles et le retour à ce corps qui aura enfanté, son bébé sur son ventre. Masser une dernière fois cette mère, et poser des intentions, à chaque partie de son corps que je touche. La masser, l’englober. Son corps est détendu, ouvert, à l’orée de la naissance, dans sa plénitude et empli de ces hormones qui apportent calme, détente et ouverture. C’est une grossesse paisible, optimale, une naissance à domicile, dans la douceur et la souveraineté, qui se profile. Et je masse les jambes de cette maman, en pensant à la force que ces jambes vont devoir trouver pour porter le poids de la naissance, car je sais que les jambes peuvent trembler. Je masse ses épaules en insufflant toute la détente et le repos possible, car je sais que les épaules en premier lieu se crispent dans les contractions et que la détente sera la clef. Je masse ses mains en pensant que ses mains vont peut-être attraper son bébé, et je sens l’émotion qui me submerge. Voir une future maman à l’orée de son premier enfantement, calme, confiante et sûre d’elle, et masser ses bras qui bientôt porteront son enfant en relais au premier berceau que fut son ventre. Masser son sacrum en me répétant sois souple sois souple sois souple et ouvre-toi. Masser ses pieds qui vont la porter jusqu’à l’orée du vortex, masser son visage et ouvrir la naissance des sourcils, où se niche l’intuition, ce guide dans le voyage de l’enfantement. Masser chacun de ses doigts, sur lesquels elle comptera peut-être les heures et les contractions, avant de perdre le fil, et c’est tant mieux, c’est comme ça que c’est le mieux. Masser sa tête, sous les cheveux, le chakra corronnal, qui va s’ouvrir lui aussi, comme tout le corps. Car la naissance n’est pas poussée, la naissance est ouverture et tout dans notre corps, depuis la tête jusqu’au périnée va s’ouvrir, mental, gorge, cœur, ventre et jusqu’à l’extrémité de notre être. S’ouvrir. Comme jamais.
Et me dire que la prochaine fois que je la masserais, ce sera pour fermer, en douceur, une porte après l’autre, étape après étape. La prochaine fois que je la verrais elle sera autre, différente, changée par ce voyage. Et me sentir honorée d’avoir cheminé auprès de ce couple, et cette émotion dans notre dernière bise, en sachant que la prochaine fois, ils seront vraiment vraiment parents. ❤️

Laisser un commentaire