Blog·Famille·Notre corps·Notre esprit·Ressources

Grossesse | Aider nos aînés à se connecter à bébé

Bonjour à toutes et tous!

Aujourd’hui, un article dans lequel je vous propose un petit outil-exercice, à pratiquer avec vos aînés, comme vous l’aurez compris à travers le titre. 🙂

ni7.jpg

On me demande fréquemment comment préparer ses plus grands à l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur. Bien souvent, ça dépend de l’âge des aînés, car bien sûr les enfants ne se représentent pas la grossesse et la vie avec un petit bébé de la même manière s’ils ont 2 ans, ou 6. Plus ils sont petits, plus tout cela reste abstrait pour eux.

Pourtant on a souvent envie qu’ils se sentent investis dans la grossesse, et de commencer le plus tôt possible à construire une belle fratrie. C’est ce que je vous propose donc aujourd’hui, avec ce petit outil/jeu, que l’on pourra pratiquer dès qu’on sent bien bébé bouger.
Pour les petits comme pour les grands, rien ne vaut de passer par le corps pour créer du lien avec son frère ou sa sœur. Et le petit +, c’est que cette pratique peut se faire aussi avec le papa bien sûr. Celles qui font de l’haptonomie s’y retrouveront sûrement! 🙂

 

nid6

De quoi avez-vous besoin ?

  • Un moment de calme avec votre enfant
  • Une huile de massage pour femme enceinte (ou une huile végétale amande douce, olive, sésame si vous n’avez pas d’huile de massage)
  • Un endroit confortable où s’allonger

Assurez-vous d’avoir un bon quart d’heure tranquille sans être dérangés, et proposez à votre enfant (ou vos enfants, mais je pense qu’au début c’est mieux de le faire 1 à la fois) de passer un petit moment avec vous et le bébé. Pensez ce moment comme un petit rituel entre vous et votre enfant, un temps spécial, que vous vous offrez mutuellement. Les enfants, même très jeunes, sont sensibles à l’atmosphère et aux intentions, aussi vous pouvez préparer un peu la pièce en mettant une lumière douce, de la musique, une bougie si ça ne détourne pas trop son attention, etc… Quand vous le sentez à l’écoute, réceptif et attentif, vous lui proposez de commencer le petit moment magique:

Vous placez un peu d’huile dans vos mains, et si vous le souhaitez, racontez-lui avec vos propres mots que vous faîtes un petit nid de chaleur et de lumière, très douillet, dans vos mains. Dans ce petit nid, vous mettez beaucoup beaucoup chaleur, et de la douceur. Apportez des détails, racontez le feuillage que vous pouvez imaginer, la lumière, s’il y des petites fleurs qui viennent se déposer dans le nid de lumière, tout ce qui vous vient à l’esprit.  Plus votre enfant est petit, plus court sera ce moment, et plus il vous faudra le raconter comme une petite histoire, accompagnée de vos gestes. Puis, frottez doucement vos paumes l’une contre l’autre -avec l’huile donc, en lui expliquant que vous réchauffez vos mains et en veillant à faire des gestes lents pour qu’il/elle voit bien comment vous procédez. Puis, vous lui proposez de le masser, en faisant avec vos paumes de main des cercles très doux sur son ventre. Enfin, placez vos paumes immobiles sur son ventre, et reparlez-lui de ce petit nid imaginaire dans vos mains, de sa chaleur, de sa lumière. Ça n’a pas besoin d’être très long ni compliqué, 5 petites minutes suffisent, surtout si votre enfant est petit, car sa capacité de concentration peut vite s’envoler!

 

nid7.jpg

Ensuite, vous pouvez lui proposer de faire à son tour le petit nid, et le massage, soit sur votre ventre, soit sur lui-même (cela lui laisse la possibilité de s’approprier ces gestes, sans être tout de suite dans la relation: juste pour lui). L’idée est de lui apprendre qu’il peut communiquer avec ses mains, que le contact est source de chaleur, et que, petit à petit, son petit frère ou sa petite sœur pourra ressentir ce contact!
Vous lui proposez donc de faire un petit nid avec ses mains, et de verser un peu d’huile sur ses paumes. Vous pouvez laisser venir les images, et l’inviter à parler de ce petit nid dans ses mains: sa couleur, sa texture, sa forme, etc. Puis, il pourra faire à son tour des cercles doux sur votre ventre ou le sien, immobiliser ses mains, et « envoyer » de la chaleur et de la lumière par ses mains, en imaginant toute la douceur de ce petit nid douillet.

Vous pouvez ensuite lui proposer d’inviter le bébé à se mettre dans ce petit nid douillet, préparé spécialement pour lui.
Bien sûr, il sera plus facile d’établir cette connexion si vous faîtes par ailleurs ce petit jeu avec votre bébé, car assez rapidement en général, les bébés viennent se placer sous nos mains quand ils sont habitués à cela! En pratiquant vous-même ce petit outil, ou en entrant en connexion régulièrement à travers de la méditation prénatale, il y a donc beaucoup plus de chance que votre bébé « réponde » également à son papa, ou à son frère/sa sœur.

Que votre plus grand.e ressente ou non le bébé, cela peut devenir un petit rituel pour créer du lien autour de la grossesse, un temps durant lequel il sent que l’on prend soin de lui (par le biais du massage, des petites attentions (musique, lumière, bougie)), tout en s’appropriant des gestes pour entrer en relation avec le bébé. Ça peut aussi être un moment pour parler de votre grossesse quand c’était lui le petit bébé dans votre ventre: en lui montrant par exemple comment vous lui parliez, si vous pratiquiez déjà une forme d’auto-massage (en appliquant une crème ou une huile sur votre ventre), comment vous pouviez communiquer avec lui, à quel moment, quand est-ce que vous le sentiez beaucoup bouger, etc…

 

nid.jpg

Bien sûr, il y aura sans doute des jours où votre aîné.e n’aura pas envie, et il est important de ne rien forcer. Peut-être que pendant un temps, cet outil ne lui parlera pas, mais vous pouvez essayer de le lui proposer à différents moments de la journée (pas le même jour, vous voyez ce que je veux dire!), et lui proposer aussi de simplement être massé lui-même, de s’auto-masser, pour qu’il s’approprie ces petits gestes en-dehors de « l’enjeu grossesse », et il y a fort à parier qu’à un moment ou à un autre, il aura envie de tester cet outil du nid sur votre propre ventre, car les enfants aiment imiter et « redonner » ce qu’ils reçoivent.

Il se peut aussi que votre enfant ne soit pas spécialement intéressé par votre ventre, ou ne veuille pas entendre parler du bébé. Certains enfants n’investissent pas du tout ce temps d’attente de la grossesse, se montrent indifférent (c’était le cas de Saule, mon aîné!), ou carrément hostile. Je sais que ça peut être déroutant, mais je vous rassure: souvent, ça n’annonce rien de mauvais pour leur relation future avec leur frère ou sœur. Chaque enfant s’approprie les choses à son rythme, à sa façon, et le mieux que nous puissions faire, à mon sens, c’est de leur laisser cette liberté, de ne pas brusquer les choses. Ils ont tout le temps devant eux, pour faire connaissance et construire cette relation, qui va durer toute leur vie. Ne nous mettons pas la pression dès maintenant avec ça (ni à eux, ni à nous!).

 

nid5.jpg

Voilà, j’ai vraiment hâte de savoir si cet outil vous inspire, comment vous allez pratiquer cela avec vos enfants, comment ils vont y réagir et comment votre bébé va y être sensible! Ecrivez-moi tout ça en commentaires, et au fait, bien sûr vous devinez que vous pouvez le faire avec le papa aussi of course!

J’espère que cet article vous aura plu, merci pour votre lecture et votre présence ici,
pour ma part je vous dis à très bientôt en mail ou sur les réseaux sociaux,
Prenez bien soin de vous et de vos petits bouts,

Kristelle

 

___

Découvrez l’e-book gratuit de Karma Mamas → 5 grandes pistes pour une grossesse saine & sereine! :

kmb-zen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire