Blog·Famille·Notre esprit

Des Relevailles intimistes en famille

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui, un nouvel article, que je vous propose de lire, ou d’écouter sous format audio si vous avez envie d’entendre ce récit de vive voix et/ou en occupant vos mains loin d’un écran! Pour cela, il vous suffira de cliquer play (la flèche) sous le player. 🙂

 

visuel-relevailles-2.jpg

 

Si vous suivez Karma Mamas depuis quelques temps, vous savez probablement que j’ai donné il y a quelques semaines des premières Relevailles dans un contexte d’accompagnement très touchant pour moi, puisque j’ai rencontré cette maman à la fin de sa grossesse, que j’étais présente durant son accouchement, et que je l’ai accompagnée dans son post-natal. J’ai d’ailleurs fait le récit de cette belle naissance physiologique ici, et si vous ne l’avez pas encore lu, pourquoi ne pas commencer par ça ?

tumblr_oh6ql5RhYx1turrjgo1_640.jpg
Source

 

Pour vous re-situer un peu le contexte, je vous le redonne rapidement : cette maman m’a été présentée par sa sage-femme, qui pensait qu’elle pourrait bénéficier d’une doula, car elle se trouvait en toute fin de grossesse et se préparait à accoucher loin de son mari, resté en Inde, faute de papiers lui permettant de la rejoindre ici en France. Elle projetait une naissance physiologique, et c’est à la base sa sœur ou sa mère qui devaient l’accompagner à la maternité et la soutenir durant la naissance. Mais sa sœur avait peu, voire aucune connaissance autour de l’accouchement et n’a pas pu se rendre aux cours de préparation avec elle, et sa mère avait prévu de se rapprocher géographiquement autour du terme, mais évidemment, rien ne pouvait garantir que le bébé ne naîtrait pas avant sa venue (ce qui n’a pas loupé hé hé!).
Bref, la naissance s’est super bien passée, c’était un beau moment intense, émouvant et puissant, à l’image de ce que cette femme souhaitait pour elle-même et son bébé, avec une merveilleuse équipe de sages-femmes, sa sœur et moi-même à ses côtés. Le papa était évidemment présent malgré la distance, au téléphone et en visio dès que le bébé a été parmi nous!

Ça y est, bébé était là! Puis les premières heures et les premiers jours se sont écoulés, avec les hauts et les bas que connaissent les toutes jeunes mamans, les remous de l’allaitement, les montagnes russes hormonales et les apprentissages nécessaires autour du nouveau-né. Une nouvelle page s’ouvre, et pourtant, chaque maman pourra en témoigner, dans ce temps juste après la naissance, nous sommes encore entre deux eaux, entre deux identités qui se chevauchent, presque entre deux corps, celui de la grossesse et celui de maintenant, éprouvée par la naissance, et notre nouvelle et unique préoccupation : entièrement tournée vers ce nouvel être à aimer, à protéger, et à rencontrer.

Dans ce temps de vulnérabilité, de transformation et d’apprentissages, je crois que les femmes et les parents ont plus que jamais besoin de soutien et d’accompagnement, de s’entendre dire que tout va bien, qu’ils font bien, qu’ils peuvent s’écouter, et se faire confiance.
Puis, une semaine passe, encore une autre, et petit à petit, les parents, les mères trouvent, ou plutôt créent, de nouveaux repères, de nouvelles habitudes, un nouvel équilibre. Le temps de la rencontre, le temps de la naissance, se ferme pour laisser la place à une nouvelle étape, qui s’ouvre en grand et se déploie devant nous: celui de la vie avec un bébé.
Ce temps, entre deux, peut être doux, remuant, chaotique, exalté, inspirant, fatigant, bouleversant, lumineux, il peut devenir un souvenir heureux ou être une marque de notre nouvel héroïsme de mère, mais, quelque soit la façon dont nous le vivons, ce temps est unique, et nous nous en souviendrons probablement toujours.

117d95c020ae1eb02270c5ac46532405.jpg
Source

 

Pourtant, c’est un temps qui n’est presque jamais parlé, ni partagé réellement, en profondeur. C’est un temps que les mamans vivent souvent seule, parfois avec le papa s’il a pu prendre un congé de paternité, un temps où les jeunes parents se retrouvent livrés à eux-mêmes après un suivi de grossesse balisé par les rendez-vous médicaux et une naissance entourée par toutes sortes de professionnels. Mais dans le post-natal, qui est là auprès d’eux ? Certaines sages-femmes qui font le suivi global et mériteraient beaucoup plus de reconnaissance pour leur service précieux, et les doulas. Les doulas qui téléphonent, qui visitent, qui apportent des petits repas, une écoute, et si c’est demandé, des propositions qui peuvent aider les jeunes parents. Les doulas qui prennent soin de cette nouvelle maman.

Comment se quitte-t-on quand on a vécu la fin de la grossesse auprès d’une future maman, qu’on l’a accompagnée dans la naissance et que l’on a été le témoin privilégié de sa transformation, de son chemin de maternité ?
C’est la question que je me posais quand est venu le moment de notre dernier rendez-vous prévu, avec cette toute jeune maman, un mois après la naissance de son bébé. Je voulais lui proposer un temps qui symboliserait cette étape de son cheminement, cette nouvelle identité de mère que je voyais maintenant en elle, et clore l’étape de la naissance, et de la grossesse: lui proposer d’intégrer ce qu’elle avait appris et vécu, de manière positive, et de laisser aller ce dont elle n’avait plus besoin, ce qu’elle voulait laisser derrière elle. J’ai alors pensé à cette cérémonie des Relevailles, et je l’ai appelé le jour même pour savoir si ça lui faisait envie, si elle sentait que ça pouvait lui faire du bien et elle a été ok tout de suite.

Cette proposition était en fait une belle synchronicité, car la veille, son mari avait enfin pu les rejoindre, et c’était donc, en plus de sa maternité, une belle façon de célébrer leurs retrouvailles, et de laisser aller toutes les inquiétudes que leur séparation géographique avait engendrées durant la grossesse, la naissance, et les premières semaines de leur bébé. Je dois vous confier que ça a été très émouvant pour moi de les voir enfin réunis, de voir ce papa serrer contre lui son bébé, l’endormir, le bercer, être auprès de lui, tout simplement.

Comment se sont passées ces Relevailles alors ? Très simplement, très intimement. Nous étions tous les 4 dans leur petit studio, et j’ai proposé à la maman de s’allonger, pendant que le papa berçait et endormait leur bébé, juste à côté.
Pendant qu’elle s’installait confortablement, j’ai, avec son accord enthousiaste, brûlé du paolo santo, allumé trois bougies, une pour chaque lignée, celle de la maman, celle du papa, et celle du bébé. Au milieu des trois bougies, j’ai déposé un quartz rose, pierre de l’amour et de la maternité, pour nous accompagner dans ce moment.
J’ai commencé par lui proposer un serrement de bassin à l’aide d’une grande écharpe, puis, je me suis installée, j’ai enduit mes mains d’huile réchauffante et j’ai commencé à masser ses pieds, en accompagnant mes gestes d’une méditation guidée, l’amenant à se détendre, à se relâcher, à libérer les tensions, à se recentrer et, à petit à petit, à glisser dans un état méditatif, pour laisser aller toutes les inquiétudes passées, et ouvrir avec confiance et sérénité cette nouvelle étape de sa vie.
Je ne sais pas combien de temps a duré ce massage, je me laisse moi-même porter par l’énergie du moment, tout ça se fait de manière assez intuitive finalement, et, à ce stade, je ne vois plus le visage de la mère, je suis absorbée par le massage, je laisse mes mains être guidées par les sensations sous mes doigts, tensions, souplesse, petits nœuds et relâchements, comme une carte dessinant un paysage, un monde entier sous la plante des pieds.

Et puis, vient le moment où le massage prend fin, où je sors moi-même de mon rituel, et où je pose les yeux autour de moi : la maman, le papa et le bébé s’étaient endormis, complètement apaisés, complètement sereins.

J’ai éteins les bougies, j’ai observé le ciel par la fenêtre (grand bleu), et je me suis dit que je voulais me souvenir longtemps de ce moment-là, de cette famille endormie, de cette émotion que je ressentais juste là, à la fois de joie, de sérénité, et de gratitude. Une émotion qui me chuchotais que cette pratique-là, j’allais désormais l’intégrer à mes services, que c’était ça aussi que je voulais offrir aux femmes qui deviennent mères et que j’ai la chance d’accompagner sur ce chemin.

 

5a31d6697f616aa82847b4c2d7b08c79.jpg
Source

Voilà, ce récit de Relevailles touche à sa fin, la maman s’est réveillée doucement quelques minutes plus tard, nous nous sommes serrées dans les bras, et nous nous sommes dit au revoir. Évidemment, nous savons l’une et l’autre que nous pouvons nous revoir, faire appel l’une à l’autre, et que notre histoire commune n’est pas nécessairement finie, mais de façon subtile et symbolisée par ce moment de Relevailles, je sens que désormais, c’est avec cette nouvelle identité de mère que nous nous reverrons, une identité qui bien sûr est toujours en construction, en cheminement, qui se superpose et ne remplace pas notre identité de femme, mais que je trouve beau et parfois aussi aidant de célébrer de cette façon, ou d’une façon qui nous est propre si les rituels ne nous parlent pas.

J’espère que ce récit vous aura plus, si vous voulez en savoir plus sur les Relevailles que je propose, vous pouvez trouver toutes les informations ici, et pour ma part, je vous dis à bientôt sur les réseaux sociaux ou ailleurs !

Prenez bien soin de vous,

Kristelle

 

Découvrez l’e-book gratuit de Karma Mamas → 5 grandes pistes pour une grossesse saine & sereine! :

kmb-zen

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire