Blog·Famille·Notre corps

Pourquoi porter son bébé?

Bonjour les Karma Mamas, aujourd’hui j’avais envie de vous parler de la vie avec un tout petit, et plus précisément de portage! Je prévois de faire un article sur les avantages et les inconvénients du portage au quotidien, mais avant cela, je trouve intéressant de faire un point sur le pourquoi du portage. Je vous souhaite une bonne lecture à toutes!

 

c1582043f8d98d8761f4f4ec04d2c869.jpg

J’ai constaté que souvent, quand on commence à parler de maternage proximal en général, et de portage en particulier, on se retrouve d’une certaine manière avec « les gens pour » qui en font l’apologie, comme si c’était la seule façon acceptable de faire avec son bébé, et « les gens contre », qui le rejettent parce que ça leur semble trop compliqué, trop lourd, comme une régression ou une aliénation. Pour moi, le portage a des avantages, et en même temps des inconvénients.

Mais, avant de se faire une opinion pour ou contre, il me paraît important de comprendre en quoi le portage est physiologique, c’est à dire en quoi nos bébés sont conçus pour être portés, que ce soit pratique ou non dans notre quotidien. Comprendre cela, c’est comprendre que leur attente, leur besoin, c’est d’être porté, non pas parce qu’ils font un caprice, ou qu’ils « veulent » être dans les bras. Non. Simplement parce qu’ils sont conçus pour cela.

Reprenons depuis le début!

Vous avez sans doute remarqué, et on le dit assez souvent: les bébés humains naissent en étant totalement dépendants de leur mère, ou du moins, d’un adulte qui va devenir leur figure d’attachement principale.
S’ils sont si dépendants, bien qu’ils aient déjà de nombreuses compétences, c’est parce qu’ils naissent avant que leur cerveau et leur intestin ne soient matures. Ce n’est pas une erreur de la part de mère nature, qui fait très bien les choses, au contraire, c’est une sacrée chance: comme nous nous sommes redressées sur nos pattes devenues des jambes, notre corps à nous, les humaines, s’est adapté en resserrant, en « fermant » notre ceinture pelvienne, pour soutenir non seulement nos organes, mais surtout, nos bébés, durant la grossesse. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons des accouchements beaucoup plus long que les autres mammifères, et que nos bébés naissent en étant beaucoup moins autonomes: il a fallu, du fait de cette « fermeture », que nos bébés naissent avant que leur cerveau ne soit complètement développé, afin que leur crâne n’ait pas atteint une taille trop importante, et que celui-ci reste « malléable », pour pouvoir s’adapter au passage dans le bassin puis à travers le périnée!

Tout cela signifie qu’en fait, les bébés humains auraient besoin, d’une certaine manière, de continuer la grossesse, mais en dehors du ventre de leur mère, tout comme les kangourous par exemple, dont les bébés, eux aussi immatures à la naissance, poursuivent leur développement dans la poche de leur maman, bien au chaud et à l’abri des stimulations du monde extérieur!

→ Vu sous cet angle, on comprend déjà mieux le besoin de proximité des nouveaux-nés! Le portage répond à ce besoin de manière optimale.
Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle le portage est physiologique.

 

bc0ce2dd1449d372f7201c91870c9018.jpg

 

En fait, en parlant de kangourous, nous partageons une autre caractéristique avec eux! Nous appartenons, tout comme eux, à la catégorie des mammifères portés, ou transporteurs.

En effet, tous les mammifères n’ont pas la même « organisation » avec leurs petits. Certains d’entre eux sont « cacheurs », ou encore « nidificateurs », ils vont laisser leur petits au nid de longues heures, durant lesquels ils vont pouvoir chasser pour se nourrir, comme les renards, les cerfs, les lièvres… Le lait de ces mammifères est adapté à cette organisation: il se digère beaucoup plus lentement que notre lait maternel, offrant une longue sensation de satiété aux petits de ces espèces.

Certains autres mammifères sont des « suiveurs », leurs petits sont rapidement capables de se tenir sur leurs pattes afin de suivre le troupeau, sans lequel leur mère se trouverait isolée et vulnérable. C’est le cas des équidés et des girafes par exemple. Leur lait est un peu plus faible en protéines et en lipides, car les petits ont régulièrement accès aux mamelles de leur mère.

Quant aux mammifères « transporteurs« , tels que le kangourou donc, mais aussi l’ensemble des marsupiaux, les petits sont continuellement portés, car non seulement le lait de leur mère est très digeste, pauvre en protéines et en lipides, ce qui convient parfaitement à leurs intestins immatures, tout en leur permettant de développer leur cerveau, mais en plus, ils ont un véritable besoin de la chaleur de leur mère (ou d’un autre être vivant), car ils ne régulent pas encore eux-même leur température, et ne peuvent donc pas être laissés au nid, ni ne peuvent se déplacer eux-même bien sûr.

Nous voilà donc parmi ces mammifères qui ont un besoin véritable d’être toujours au plus près de la personne qui les nourrit, et qui leur apporte chaleur et sécurité autant physique que psychique.

 

5ffdac8b9ceef1a12efef80213d0aef4.jpg

 

En gardant cela en tête, et en se souvenant que nos bébés grandissent durant 9 mois dans un univers chaud, confiné, dans lequel ils sont continuellement bercés par le son de notre propre corps, par le tambour de nos coeurs, par notre voix, qu’ils sont confinés et contenus durant toute la grossesse, et l’on peut, je crois, aisément comprendre que le fait d’être « soudainement » posé à plat, sur un matelas, dans une chambre silencieuse, loin d’un autre être humain, est non seulement complètement inattendu, mais place également nos bébés en situation « d’alarme », car rien ne se passe comme ils sont conçus pour! Ils envoient donc un signal pour alerter les humains qui les entourent, afin que ceux-ci réagissent au plus vite pour rétablir une situation « normale », « physiologique », c’est à dire que le bébé pleure pour être dans les bras.

→ Cela évoque sans doute bien des situations aux jeunes mamans dont les bébés pleurent à gros sanglots et se calment instantanément dès qu’elles les prennent contre elles. Certaines personnes ont alors tendance à dire « tu vois, il se calme tout de suite, il voulait juste les bras, c’est bel et bien un caprice », ce qui témoigne tout simplement d’une méconnaissance des besoins physiologiques des petits de notre espèce!

 

3b9b79bbd933134f202e936516474398.jpg

 

Tout cela étant dit, ça reste un sacré travail de porter continuellement nos bébés, d’autant plus que (spoiler alerte), nous ne sommes plus dans les conditions initiales de vie des premiers humains, et que si nos bébés continuent d’avoir les mêmes besoins, les contraintes et rythmes de vie des mères humaines ont bien changé! Afin de répondre aux besoins de leurs bébés, chaque culture s’est appropriée une façon de porter l’enfant, et nous verrons dans un prochain article les avantages et les inconvénients du portage, dans la vie quotidienne qui est la nôtre aujourd’hui!

 

regard 2 alexa brown

 

J’espère que cet article vous aura permis de mieux comprendre les besoins de votre futur ou jeune bébé, et je vous dis à très bientôt, sur les réseaux sociaux! Si vous avez envie de plus d’infos, et de partages plus personnels autour du bien-être durant la période périnatale, n’oubliez pas de vous abonner à la newsletter Mots Doux, qui part un vendredi sur deux!

A très bientôt ici ou sur les réseaux sociaux!

Kristelle

 

_____

 

Pour aller plus loin dans votre démarche, découvrez l’e-book gratuit de Karma Mamas → 5 grandes pistes pour une grossesse saine & sereine!:

visuel-pour-photos.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 commentaires sur “Pourquoi porter son bébé?

Laisser un commentaire